Mais je ne pouvais le garantir…

Le chef d’un projet sur lequel j’interviens, m’a envoyé à jeudi à 16h31 (il sait pertinemment que je finis à 16h) un court mail me demandant si je pouvais garantir que ma partie de travail serait prête pour le lendemain (la deadline étant ce mercredi…).

Ma réponse (car j’ai accès à mes mail chez moi et il le sait aussi) :

P.

Je suis aux regrets de t’annoncer que je ne peux rien te garantir, ne sachant pas si je pourrais venir travailler demain. En effet, je compte aller m’entrainer ce soir et il se peut que je tombe du tapis roulant et me foule la cheville, ou que je me fasse renverser pas un tram sur le chemin du retour, ou que ma plantation artisanale de carotte ne me rende malade au souper, sans parler d’une agression de mon chat rendue fou par le mâchouillage de mon spathiphyllum…

Tu l’auras compris, dans le monde dangereux dans lequel nous vivons, il est difficile de t’assurer que mon analyse sera prête 3 jours avant la deadline que tu as toi-même fixée.

Bàt,

Bon au final, je ne me suis pas fait dévorer par ma plante verte et ai pu aller bosser et lui finir son truc (hyper-méga-trop-urgent-qui-doit-être-en-prod-hier)…

ps. : mon chef, en copie, a bien ri ; le P. en que question, moins… Il manque un peu d’humour ce garçon…

Posté dans Jeune cadre dynaquoi ? |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>